Connexion
S'abonner

Cassandre Fristot, condamnée, fait appel

La jeune femme, poursuivie le gouvernement et par 13 associations du soi-disant antiracisme, écope de six mois de prison avec sursis. Dans le cadre des manifestations contre la « dictature sanitaire », elle avait porté une pancarte sur laquelle elle mettait en cause, «  des personnes connues pour leur appartenance réelle ou supposée à la communauté juive », dont Emmanuel Macron, par exemple qui n’est pourtant pas connu pour son appartenance réelle ou supposée à cette communauté.  Cassandre Fristot fait appel.

Tous les détails dans Présent daté du 22 juin.

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !