Connexion
S'abonner

Appel aux dons et aux abonnements

Il ne nous manque plus que 10 000 euros

Cinq mois et demi après son lancement, la campagne de dons 2021 au profit de Présent a permis la collecte de 65 268 euros au titre des aides défiscalisables (les deux tiers des dons pouvant être déduits des impôts) et 5 090 euros en dons directs (non défiscalisables). C’est donc un total de 70 358 euros, soit 88 % de l’objectif, qui a été collecté, grâce à vous, à la mi-octobre.

Il manque encore un peu moins de 10 000 euros pour boucler notre budget 2021. Ce budget, pour la rubrique des dons, prévoyait en effet 80 000 euros. Nous avons besoin de cette somme pour terminer l’année dans une situation de trésorerie satisfaisante, en particulier vis-à-vis de notre imprimeur, premier poste de dépenses. 80 000 euros, c’est un mois de charges de fonctionnement. Nous avions pris la décision de continuer à paraître normalement en août (ou plus exactement entre le 14 juillet et le 15 août), comme c’est le cas depuis la création de Présent, et à la différence de beaucoup de nos confrères de la presse écrite. Mais du même coup nous avons cette charge sans recettes. Et les 80 000 euros de dons sont destinés à la couvrir.

Certains lecteurs nous demandent : mais si le budget 2021 n’est pas à l’équilibre, que se passera-t-il ? Rassurez-vous, les écarts ne sont pas tels qu’il puisse en découler des troubles significatifs dans le fonctionnement du journal. D’autant que nous avons eu la bonne surprise d’enregistrer un niveau de vente très satisfaisant des hors-série consacrés à la musique identitaire (merci Thierry DeCruzy !) et au centenaire de Georges Brassens (merci Franck Nicolle !), et donc quelques rentrées financières supplémentaires pour le quotidien, puisque les hors-série sont réalisés bénévolement, dans le cadre de l’aide militante à Présent.

Mais c’est la souplesse, la réactivité de votre quotidien qui peuvent être affectées par une non-atteinte de l’objectif 2021, alors que nous approchons d’échéances politiques à la fois passionnantes et déterminantes.

Au 1er janvier 2022, il est impératif que nous soyons en ordre de bataille, sans être obligés de consacrer une partie de notre énergie, de notre temps, à aller tirer les sonnettes, et à renégocier les tarifs d’impression et échéances de règlement des factures, de façon ardue.

Seize pages tous les samedis

Non seulement l’équipe très restreinte de Présent doit pouvoir se concentrer sereinement sur sa mission d’information (et de formation) sur les six mois à venir, mais le journal doit étoffer sa pagination, se redéployer par la vente en kiosque et la vente militante. Présent doit occuper pleinement son créneau dans la bataille politique en cours dont dépend le salut du pays.

Présent du samedi est repassé à 16 pages, comme nous nous y étions engagés. Mais nous devons prospecter aussi pour acquérir de nouveaux abonnés, et qui dit prospection dit dépenses dans l’espoir de recettes à venir.

Nous devons aussi être sur le terrain par des reportages et donner la parole aux acteurs politiques et religieux qui font l’actualité.

Nous devons valoriser les talents qui émergent ou se confirment, parmi nos amis. Le prix du livre de la presse française libre, à l’initiative duquel on trouve Présent, correspond à cet objectif. Nous devons aussi soutenir les éditeurs et les libraires qui diffusent.

Nous devons renforcer nos liens avec les médias amis : de TVLibertés à Radio Courtoisie, de Livr’arbitres à Synthèse nationale, du Bien commun à L’Incorrect, de Fdesouche à Boulevard Voltaire ou au Salon beige, sans sectarisme, et beaucoup d’autres.

Le crime de refuser de subir

Nous devons défendre ceux de nos amis qui sont attaqués par le pouvoir, par les Dupont-Moretti et autres Darmanin. On pense par exemple à Cassandre Fristot, et vous avez été nombreux à réagir à notre appel en sa faveur. C’est très important : il y a actuellement bien d’autres jeunes nationalistes en difficulté voire en prison, pour avoir commis le crime de refuser de subir. Nous devons le raconter et porter leur parole, pour les soutenir, moralement et financièrement.

Tout cela fait aussi partie de la mission de Présent, mais tout cela exige un investissement supplémentaire de la part de votre quotidien, de son équipe. Et c’est uniquement avec vous et grâce à vous que nous pourrons jouer, plus que jamais, ce rôle de fer de lance sur les six mois de la bataille politique dans laquelle nous rentrons actuellement.

Nous devons par-dessus tout relayer au mieux la parole de ceux qui prennent tous les risques, sur le front médiatique et politique, pour promouvoir nos valeurs, notre identité, porter nos couleurs.

Dans l’immédiat, aidez-nous à boucler notre budget 2021 en nous accordant par des dons, des arrondis de coût d’abonnement ou d’achat de livres et de hors-série, les 10 000 euros qui nous manquent encore. •

Faire un don

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !