Connexion
S'abonner

25e dimanche après la Pentecôte

Dans l’évangile de ce dimanche, le Seigneur compare le royaume des cieux au grain de sénevé et au levain que l’on met dans la pâte. Le grain de sénevé est la plus petite de toutes les semences, mais, quand il a grandi, il est plus grand que toutes les autres plantes ; quant au levain, il est mêlé à trois mesures de farine jusqu’à ce que le tout soit levé.

Mais qu’est-ce que le royaume des cieux ? Est-ce la béatitude du ciel ? Est-ce la vie de la grâce sur cette terre, commencement de la vie du ciel ? La première des béatitudes, « Bienheureux les pauvres d’esprit, parce que le royaume des cieux est à eux », répond déjà à cette question : le royaume commence dès maintenant pour ceux qui ont atteint la pauvreté d’esprit.

Pour certains, cette pauvreté sera non seulement le dénuement, mais aussi cette acceptation de la volonté de Dieu qui va à l’encontre des tendances les plus naturelles. Le pauvre d’esprit connaît la solitude, la virginité et la force que suppose l’amitié divine. Pour d’autres, que la terre et ses plaisirs séduisent trop, l’appel de Dieu se fera entendre différemment : arrachements de leur vie, privations et empêchements leur montreront que Dieu les veut et les appelle particulièrement à lui.

Le royaume de Dieu, c’est l’amitié de Dieu, c’est la connaissance de notre vocation en Dieu.

Les deux images de l’évangile d’aujourd’hui forment un tout et se complètent. La première traite de l’accroissement extérieur, la seconde de la force et de l’action intérieures du royaume de Dieu.

L’appel de Dieu est plus petit qu’une graine de sénevé dans une âme… C’est en fait la parole de Dieu tombée du ciel qui tombe dans l’humble terre d’une âme et qui se développe grâce à l’attention et à la foi qu’on lui porte. Mais voilà que la foi en l’amitié divine chamboule tous les repères d’une vie humaine. Dans cet arbre qui remplit le ciel, les oiseaux, entendez les dons de Dieu, s’y reposent.

L’amitié de Dieu est comme le levain mêlé à la pâte. Le levain meurt pour lever la pâte. C’est l’aspect négatif de l’amitié divine qui plus on la goûte plus nous éloigne de nos anciennes vies.

C’est en traversant le Jourdain que les fils d’Israël entrèrent dans la Terre promise. Cette entrée dans la Terre promise était l’annonce du royaume de Dieu que le baptême du Christ dans le Jourdain allait nous ouvrir. Le royaume de Dieu, c’est l’accès au ciel pour ceux qui traversent les eaux du baptême. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !