Connexion
S'abonner

Saint Patrocle, ermite (576)

Grégoire de Tours nous a laissé un portrait très vivant de notre saint. Il eut en main une relation qu’il s’empressa de retranscrire pour construire son Histoire des Francs. Patrocle est mort en 576, octogénaire. Il était berrichon, fils d’Aethérius, il n’était pas noble mais libre. Quand il eut 10 ans, il préféra la garde du troupeau que l’étude avec son frère, Antoine. « Eloigne toi, paysan… ta besogne est de faire paître les brebis » ; cette parole d’Antoine vexa Patrocle qui crut entendre un reproche divin. Recommandé à Nunnion, un grand de l’entourage de Childebert, roi de Paris, Patrocle eut l’instruction et l’accès à des emplois à la cour. Il revint en Berry, âgé de 40 ans, son père venait de mourir. Sa mère inconsolable lui chercha une épouse pour le garder près d’elle, mais il lui répondit « je n’épouserai pas de femme en ce monde, mais je réaliserai ce que par la volonté de Dieu mon esprit a conçu ». Arcadius, évêque de Bourges le fit clerc ; il construisit un monastère à Colombier au nord de la Celle, où il mourut saintement. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !