Connexion
S'abonner

Dernier dimanche après la Pentecôte

Évangile

« Comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’à l’occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme. […] Alors le signe apparaîtra dans le ciel, et alors toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel, avec une grande puissance et une grande majesté. »

Le Fils de l’homme qui vient avec grande puissance et grande majesté, c’est Jésus, et ce que nous annonce aujourd’hui la liturgie, c’est l’acte final du drame de la rédemption, la fin de cette vie terrestre.

Comment nous comporter devant ce grand événement qui nous intéresse au plus haut point, puisque nous y assisterons tous.

Le Christ parle souvent de son retour ; et il le fait d’une façon particulièrement détaillée dans son grand discours eschatologique auquel est emprunté l’évangile d’aujourd’hui. Le chrétien vivant avec l’Eglise devrait connaître ce discours, du moins son analyse. Le Christ n’entend pas alors satisfaire notre curiosité ; le but de son discours est de donner à la vie chrétienne un puissant développement.

Il atteint, en effet, son point culminant dans cette pensée : l’heure de la fin est incertaine (cela est vrai aussi de la mort ; la mort est le retour du Christ pour chacun). Pourtant il donne des signes tels que l’apostasie universelle et particulièrement l’abomination de la désolation dans le sanctuaire.

La grande conséquence est celle-ci : nous devons être toujours prêts. Pour souligner plus fortement cette conséquence, le Christ emploie quatre paraboles qui toutes ont le même sens : celles du voleur, de l’intendant, des vierges sages et des vierges folles, et des talents.

L’Antiquité avait le désir ; le Moyen Age, la crainte. Et nous ? Nous n’avons ni l’un ni l’autre. Notre monde nous a enlevé l’enthousiasme de l’antique Eglise, et nous avons perdu la foi du Moyen Age.

Que devons-nous faire ? Revenons à la pensée du Sauveur sur le jugement : soyons toujours prêts ! Malgré tout son sérieux, la pensée du jugement ne doit pas nous effrayer. Nous devons toutefois être reconnaissants « qu’il nous ait rendus dignes de partager l’héritage de ses saints dans la lumière et de prendre place dans le royaume de son Fils bien-aimé ». Que notre vie se mesure à la lumière du jugement dernier, car nous serons tous jugés. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !