Connexion
S'abonner

La gauche broie du noir

Peut-on être noir et patriote ? Pas pour la bien-pensance, qui sous couvert de lutte contre le racisme, restreint les individus à leur couleur de peau.

« Nègre de maison, bounty, sale gueule de singe ». Les insultes fusent et pleuvent par milliers sur le jeune Tanguy David. Son crime ? Etre noir et être engagé en politique. On serait tenté de penser, par vieux réflexe, que les pires néonazis bas du front sont de retour, que le racisme violent a encore la part belle en France. On se sent prêt à conspuer le Français blanc, patriarcal, homophobe, misogyne et catholique. Raté. Ces insultes, ces crachats, ce tombereau d’invectives à l’encontre du jeune David viennent de la gauche, des décoloniaux, des indigénistes, en bref de tous les contempteurs d’un racisme systémique qui sont pourtant les premiers à s’arrêter à une couleur de peau.

La réalité c’est que Tanguy David est de droite et qu’il soutient Eric Zemmour. La réalité c’est que lorsque l’on demande à Tanguy David quelles sont ses origines, il répond « français ». La réalité c’est que le jeune étudiant caennais est patriote. « J’ai perdu des amis » lâche-t-il du bout des lèvres sur le plateau de Cyril Hanouna. Ce phénomène d’insultes racistes et de menaces de mort à l’encontre de personnes noires est malheureusement monnaie courante dans les sociétés occidentales, un phénomène aggravé par les réseaux sociaux. Mais un phénomène qui touche surtout les noirs ayant des opinions ou un engagement qui contrevient avec la pensée dominante. L’ex-chroniqueur de Boulevard Voltaire Verlaine Djeni, maintenant conseiller de Marine Le Pen, l’a vu tous les jours pendant des années. La chroniqueuse des « Grandes gueules » Stella Kamnga le voit aussi chaque jour. Récemment, c’est le rappeur Booba qui a lâché ses millions de fans contre la jeune femme qui a été ensevelie sous les insultes et les menaces de mort. La militante universaliste Rachel Khan a, elle aussi, fait les frais d’une telle campagne, on peut aussi citer l’animatrice Pépita et tant d’autres. Tant de patriotes et d’esprits libres à qui on interdit d’exprimer telle ou telle opinion si celle-ci contrevient à la pensée dominante.

La gauche raciste

On l’a vu, l’action de SOS Racisme au meeting d’Eric Zemmour avait pour but de dénoncer le racisme supposé du candidat Zemmour. De manière générale, SOS Racisme a toujours été mobilisé contre le racisme à droite et chez les patriotes. Les a-t-on entendus dénoncer le tombereau d’ordure que s’est pris Tanguy David le même jour ? Pas une seule fois. L’arnaque de cette association est d’instrumentaliser la lutte contre le racisme pour condamner à mort socialement tout individu s’opposant au totalitarisme gauchiste. On le savait, Jospin lui-même avait reconnu la malhonnêteté du « cirque antifasciste » (selon ses mots). SOS Racisme est une des pinces de la tenaille mitterrandienne pour étouffer la droite et la condamner à se repentir de ne pas être de gauche. Comme s’il fallait que tout le monde croit que finalement, la droite c’est la gauche en moins bien.

Mais l’escroquerie est allée trop loin. Et la manipulation est devenue grossière à force d’être visible. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !