Connexion
S'abonner

Courrier des lecteurs

  • D’un père dominicain, à propos de l’article « L’appel de l’Institut Iliade à la jeunesse de France » (Présent du 25 novembre).

On dirait que vous cherchez, plus ou moins, à allier les chrétiens et ceux qui rejettent obstinément, farouchement, Jésus-Christ. Comment, de plus, prétendre faire servir Dom Gérard à cette union adultère ? Je l’ai bien connu jusqu’en 1988, j’ai beaucoup correspondu avec lui. Certes il était bon et cherchait à ramener toutes les âmes à Jésus-Christ, mais jamais il n’a prôné la conciliation du paganisme antichrétien avec la religion catholique. Je le vois, vers 1976-1977, préparant un cours à ses moines à Bédoin sur le Christ, Roi des sociétés humaines, en se servant d’un cours du cardinal Ottaviani. Comment aussi faire cadrer ce soutien à des païens antichrétiens avec les éloges des frères Charlier, de Bernard Bouts, de Jean Madiran, etc. ?


  • De Christian R., à propos de l’article du 15 décembre de Xavier Eman sur le fiasco de la lutte contre les pesticides.

Je ne suis qu’un modeste viticulteur du Beaujolais depuis 40 ans. Je ne conteste pas du tout le fond de l’article, malheureusement très crédible, je tiens seulement à apporter quelques précisions. Il y a dans le vignoble beaujolais une véritable collaboration entre la chambre d’agriculture, les techniciens des caves coopératives et les vignerons pour exercer une surveillance très pointue du vignoble. Cela permet de suivre l’évolution des maladies en fonction des conditions climatiques. Les informations sont transmises par courriel et permettent ainsi à tous les viticulteurs de réaliser leurs traitements au moment opportun avec une dose minimale et une efficacité maximale. Par rapport aux années 80-90 j’estime avoir divisé par deux environ la quantité de produits phyto utilisés annuellement, et ce constat est certainement valable pour la plupart de mes collègues viticulteurs. Mais peut-être ne sommes-nous, dans le Beaujolais, que l’exception qui confirme la règle ! Merci et bravo à Présent pour cet inhabituel article qui concerne l’agriculture.


  • De Denis N.

Zemmour, au début de sa soirée dans l’émission d’Hanouna, déclare : « Mes idées, mon diagnostic, mes solutions… j’ai attendu 20 ans qu’un homme politique les porte… il n’y a eu personne… j’ai cru en P. Seguin, C. Pasqua, J.-P. Chevènement. » C’est bizarre d’être frappé d’une amnésie pareille quand, dans cette même période, beaucoup de nationaux œuvraient très activement pour les solutions prônées par Zemmour aujourd’hui. Quelle claque envoyée à tous ceux qui depuis 2000 (et même 20 ans avant) défendaient et incarnaient notre camp national, les Présent, Mégret, Le Gallou, Gollnisch, Lang, Antony, Bompard, Chrétienté-Solidarité… et bien sûr Jean-Marie Le Pen qui était présent au 2d tour de la présidentielle le 21 avril 2002 ! Quelle claque envoyée aux 35 députés du Front national qui défendirent ces idées à l’Assemblée nationale à partir de 1986 et aux nombreux députés européens durant plus de 40 années ! Pour Eric Zemmour, tout cela, c’est Personne. Amnésie totale ! Pour quelqu’un qui aime l’histoire et qui prétend vouloir dire la Vérité, avouez que tout cela est suspect. Le plus étrange n’est-il pas que certains parmi ces courageux combattants s’enthousiasment aujourd’hui pour Zemmour pour lequel ils ne sont rien… ni personne ?


  • De Marc N., qui envoie un don de 500 euros.

Je trouve dans Présent une liberté de ton, un esprit si français, des informations que je ne trouve pas ailleurs ! En outre, et j’y suis sensible, votre journal est bien écrit, faisant honneur à notre belle langue française, malgré la présence, parfois, de rares fautes d’orthographe. J’aime beaucoup vos analyses politiques clairvoyantes. Bonnes fêtes de fin d’année à toute la Rédaction !


  • Yves B. (Sarrebourg) nous a envoyé une longue lettre, trop longue pour la reproduire, dans laquelle il donne quelques « coups de griffe » (ce sont ses mots) à Présent au sujet de Marine Le Pen, de la grippe de Wuhan… mais en précisant que « ce sont des broutilles par rapport au plaisir que m’apporte votre lecture » et le prouve en joignant un chèque de 400 euros. Merci à lui, comme aux autres donateurs ! •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !