Connexion
S'abonner

Télétravail à la chaîne

Le phénomène n’est pas nouveau et ne date pas du premier confinement. Néanmoins, plus la situation sanitaire perdure, plus il s’impose comme un nouveau modèle. Jean Castex dans son allocution de lundi soir a en tout cas annoncé qu’il serait obligatoire si possible. Evidemment, cela ne concernera que les métiers du tertiaire ne nécessitant pas autre chose qu’un ordinateur. Officiellement, le télétravail est positivement perçu tant par les salariés que par les entreprises. Une enquête réalisée en 2012 montre que 90 % de salariés considèrent que le télétravail améliore leur qualité de vie personnelle, 84 % considèrent que le télétravail contribue à l’amélioration de la qualité de vie familiale, 77 % considèrent que le télétravail augmente leur productivité, 81 % d’entre eux jugent que le télétravail réduit le stress lié aux transports, 64 % jugent que le télétravail augmente leur temps de travail et 22 % pensent que le télétravail augmente leur charge de travail. Selon l’Observatoire du télétravail, ce dernier se développe majoritairement dans les grandes entreprises et dans les entreprises actives dans le secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication comme on pouvait s’en douter. En effet, cet outil ne manque pas d’avantages. Finis les transports en commun bondés lorsqu’on habite dans des centres urbains, finis les conversations oiseuses à la machine à café et les humeurs de nos collègues. Pour quiconque ayant du mal à trouver des affinités avec tel ou tel collègue, ce dispositif a de quoi séduire sur le papier.

Néanmoins, il pose un problème bien plus profond. On a suffisamment parlé du vivre-ensemble en mal pour rappeler de quoi il s’agit, or ce mot dévoyé pour faire accepter aux Français l’inacceptable cache une réalité autre : la disparition du lien social. La situation sanitaire isole certes, mais cette tendance lui préexistait. Dans une société individualiste et matérialiste, l’isolement tend à devenir un fléau national. Les personnes âgées sont bien entendu les premières touchées mais ce phénomène s’étend dans toutes les couches de la société. On estime qu’environ 20 % des étudiants seraient touchés par l’isolement social doublé d’une paupérisation accélérée. Le lien social, c’est cela que venaient chercher les Gilets jaunes sur les ronds-points. Retrouver le sens du partage dans ce qu’il a de noble, se retrouver derrière une cause commune, faire front ensemble… Une belle manière de lutter même inconsciemment contre une postmodernité effrayante par sa capacité à isoler et déshumaniser.

Il est amusant de voir que le télétravail est plébiscité par une société se mariant de moins en moins et faisant de moins en moins d’enfants. Quiconque a déjà eu à travailler avec des jeunes enfants dans son domicile ne saurait recommander cette épreuve, et nous sommes nombreux chez Présent à l’avoir vécu ! Et puis, supporter un collègue insupportable, n’est-ce pas aussi cela « créer du lien social » ? •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !