Connexion
S'abonner

4e prix des lecteurs de la presse française libre : le vainqueur s’appelle… Eric Zemmour

Il n’a pas été nécessaire de compter et recompter les bulletins de vote : le livre d’Eric Zemmour, La France n’a pas dit son dernier mot, l’emporte de très loin.

Il a recueilli 65,3 % des suffrages exprimés, suivi par l’étude de Christophe Dickès, Les Lois de la politique étrangère selon Jacques Bainville (11,4 %). Puis arrive le roman assez prophétique Hôtel Beauregard, de Thomas Clavel (7,9 %), Bernard Lugan avec Pour répondre aux « décoloniaux », aux islamo-gauchistes et aux terroristes de la repentance (6,7 %), et Patrick Buisson pour La Fin d’un monde (3,4 %). Les 11 autres ouvrages se répartissent un petit paquet de voix, mais qui ne représente au total que 5,2 % des suffrages exprimés.

Nous avions assez rapidement senti cette tendance, et à la mi-novembre, nous indiquions déjà qu’Eric Zemmour était littéralement plébiscité par nos lecteurs et ceux des médias associés : Livr’arbitres, Politique magazine, Le Bien commun. A cette même période, un millier d’entre vous avait voté, mais les six dernières semaines du scrutin ouvert n’ont pas apporté de modifications significatives à ce classement.

Lorsque nous avions organisé, à la fin de l’été, cette 4e saison du prix des lecteurs, Zemmour n’était pas encore candidat, même si la rumeur lui en prêtait l’intention, mais très vite les votes électroniques l’ont fait émerger. Il faut reconnaître que Zemmour a bénéficié d’une extraordinaire caisse de résonnance, avec cette pré-campagne électorale, puis l’annonce de sa candidature. Il est devenu l’un des hommes les plus connus en France, voire dans le monde. Il était donc logique que nos lecteurs se ruent sur La France n’a pas dit son dernier mot pour essayer de savoir ce que pense exactement ce journaliste, devenu homme politique. Le livre a été un succès de librairie, accru encore par le boycott dont il avait fait l’objet. Mais ce choix des lecteurs des quatre médias associés n’est pas le gage qu’ils voteront forcément Zemmour en avril. Ce succès ajoute néanmoins une pierre à l’édifice zemmourien, et son livre est incontestablement un livre important au regard des thèmes qui nous sont chers. De ce point de vue nous ne pouvons que nous féliciter de votre choix.

Les avis enthousiastes des lecteurs

Que dire des autres auteurs en compétition ? Christophe Dickès, Thomas Clavel, Bernard Lugan, Patrick Buisson n’ont pas démérité, loin s’en faut. Nous avons publié, dans Présent du 1er décembre, les avis enthousiastes de lecteurs sur leurs ouvrages. Ceux qui ont lu leurs livres ont été séduits, mais faute d’un battage médiatique comparable à celui de Zemmour, ces livres n’ont pas eu la même diffusion, le même succès, et du coup, un nombre de suffrages suffisant pour s’imposer. On pourrait d’ailleurs en dire autant des onze autres ouvrages en compétition, tous remarquables.

Il faut noter aussi que, cette année, nulle opération de « lobbying » en faveur d’un titre, ou de compétition entre deux auteurs, ne s’est opérée, à la différence de ce que nous avons connu concernant le prix 2020 et le prix 2021 (pour des livres parus en 2019 et en 2020), qui avaient conduit à recueillir près du double de votes.

L’essai de Zemmour a émergé tout naturellement, comme cela avait été le cas du premier tome des mémoires de Jean-Marie Le Pen, paru en 2018. Ces deux livres ont incontestablement dominé l’actualité, au moment de leur sortie. Parce que ce sont les lecteurs qui votent, et parce que les lecteurs votent pour des livres qu’ils ont lus, la focalisation se fait forcément au profit de livres ayant bénéficié d’une certaine notoriété. C’est un aspect à prendre en compte pour l’avenir du prix.

En période électorale, les livres politiques en outre prennent le pas sur les romans et les essais plus littéraires. Mais cela correspond aussi, à l’évidence, au goût des lecteurs des quatre médias associés.

Il reste maintenant à remettre son prix à Eric Zemmour, ce qui ne sera pas une mince affaire compte tenu de son emploi du temps, d’une part, et de la dictature sanitaire, de l’autre.

Nous tiendrons bien évidemment nos lecteurs au courant de la suite du programme. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !