Connexion
S'abonner

« On ne va pas vacciner le monde entier tous les 6 mois ! »

Pour le responsable de la commission conjointe pour la vaccination et l’immunisation (JCVI), l’organisme chargé de conseiller le ministère britannique de la santé sur ces questions, il n’est pas possible de vacciner le monde entier tous les six mois et les prochaines doses du vaccin contre le Covid-19 doivent être réservées aux seules personnes vulnérables.

Le professeur Andrew Pollard, qui a participé au développement du vaccin de la compagnie anglo-suédoise AstraZenecca en collaboration avec l’université d’Oxford, estime au passage que la « désinformation » sur le vaccin AstraZeneca par le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel aura très probablement coûté des vies en Afrique, où les vaccins à ARN messager comme celui de Pfizer posent des problèmes logistiques insurmontables à cause de leur température de stockage.

Dans un entretien avec le Telegraph, le scientifique britannique a déclaré que cela ne servait à rien de chercher à stopper toute propagation de la pandémie et qu’« à un certain moment, la société doit se rouvrir ».

Le lundi 3 janvier, au moment des déclarations du professeur Pollard, le ministère de la Santé du Royaume-Uni avait signalé 157 758 nouveaux cas de Covid-19, soit 44,6 % de plus qu’une semaine plus tôt, mais le pourcentage des patients sous respiration artificielle est en forte chute du fait de la généralisation du variant Omicron, moins dangereux que les précédents variants. À Londres où le variant Omicron s’était répandu le plus vite que dans le reste du pays, le pic de l’épidémie semble avoir été passé, et le nombre d’admissions à l’hôpital était le 3 janvier en chute de 28 % sur une semaine.

 

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !