Connexion
S'abonner

Courrier des lecteurs

  • De Louis de Condé (Allier).

J’ai terminé la lecture du hors-série Brasillach, ce qui m’inspire naturellement de nombreuses réflexions que je ne peux garder pour moi. Je possède tous les hors-série de Présent composés pour le bonheur des lecteurs, et tous lus avec grand intérêt. J’ai l’impression – mais non la certitude, qu’il est le plus passionnant, et bien sûr le plus émouvant (…). Les hors-série de Présent valent la comparaison avec les hors-série du Figaro ou d’autres quotidiens réputés « corrects ». J’ose espérer que les tirages seront un jour également comparables grâce à la belle équipe de Présent (…).


  • De G. de T., au sujet du sacrilège à Saint-Sulpice (Présent du 11 février).

Pas d’amalgame ! Permettez-moi d’attirer votre attention sur le mauvais de cet article excellent : « L’Eglise encourage… » L’Eglise ? Non, mais « certains clercs » ou « L’église Saint-Sulpice » ou « Le diocèse de Paris »… ou encore « Henri de La Hougue, Curé de St-Sulpice »… L’Eglise est sans péché, elle n’est pas sans pécheurs. Amitiés françaises.


  • D’Henry E.

Liberté de la presse… au ralenti ! Hier dimanche 13 février à 14 heures, je commande une montre chez Amazon. Elle m’est livrée ce lundi matin à 10 heures (en rase campagne) par le facteur, en même temps que le numéro de Présent de samedi avec, record battu, le Présent daté… du 28 janvier ! « Même les paranoïaques ont de vrais ennemis » (Henry Kissinger).


  • D’Alain D. (Paris) à propos du convoi de la liberté.

Il n’est pas sûr que les images, qui circulent partout, de violences injustifiables infligées à des malheureux dont la seule arme était le drapeau de leur pays rehaussent le prestige des « gardiens de la paix », celle-ci n’ayant été nullement menacée. Beaucoup de découragement et d’amertume chez les convoyeurs de la liberté, mais pas au point de considérer leur tentative comme inutile et d’abandonner le combat. Surtout quand l’étau paraît se desserrer : hier, la Norvège et surtout l’Allemagne ont annoncé la fin des contraintes à prétexte sanitaire. L’Ontario a cédé sur le passe vaccinal, après, si j’ai bien compté, quatre autres provinces : au Canada, même si Trudeau s’apprête à sévir, des points incontestables ont été marqués. En France, la pression n’est pas appelée à retomber. A suivre…


  • De Michel F.

Je vous écris d’Aljariz de La Huerta près de Antas en Andalousie méridionale ou sur la place du village, au pied de la petite église blanche, a eu lieu ce dimanche 13 février la fête du cochon (feria de la matanza). Tout le monde peut y participer et acheter pour 1 ou 2 € un plat de migas, de charcuterie, de choux au lard, de paella à la viande de porc, et autres cochonnailles. Le porc vient d’être tué sur cette même place. Concours de vin local, etc. dans ce village assez retiré, parmi les orangeraies, la foule bon enfant, hommes, femmes et enfants avec la musique locale, s’en donnent à cœur joie. Je pensais : pendant combien de temps encore pourra-t-on vivre avec et parmi nos traditions millénaires ? Bon courage à Présent.

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’information, nous avons besoin de votre aide. Depuis 1982, Présent se distingue de tous les quotidiens français :

  • De tous les médias dissidents, Présent est le seul qui soit un quotidien sur papier et en ligne.
  • Totalement indépendant, il est entièrement financé par ses lecteurs depuis sa création.
  • Bien que vendu en kiosques comme les autres quotidiens, Présent n'est jamais cité faisant ainsi l'objet d'une omerta unique dans l'histoire de la presse.
  • Toujours sur le fil du rasoir économique, jusqu'à maintenant Présent a survécu à toutes les crises (politiques, rédactionnelle) et les déficiences des monopoles (postaux et kiosquiers).
  • La liberté d'accéder à une information libre a un coût, de plus en plus élevé.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet de tenir notre place parmi les autres medias, libre et indépendant, et plus vous nous lirez et plus vous le ferez savoir, plus votre opinion sera partagée.
Alors si vous souhaitez garantir cette indépendance, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de Présent en permettant de garantir notre mission d’information.
Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet de construire dans l'avenir. Toute l’équipe vous en remercie.

Soutenez Présent dès 1€ :
Faire un don

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !