Connexion
S'abonner

Le président de la Conférence des évêques de Pologne écrit au Patriarche de Moscou

Guerre en Ukraine

Dans une lettre adressée le 2 mars au Patriarche de Moscou et de toutes les Russies Cyrille, Mgr Stanisław Gądecki, archevêque de Poznań et président de la conférence épiscopale polonaise, demande au chef de l’Église orthodoxe russe d’appeler Vladimir Poutine à mettre fin à la guerre en Ukraine et d’enjoindre les soldats russes à rentrer chez eux sans se tacher les mains du sang de leurs frères.

Nous publions ci-dessous la traduction en français de cette lettre.

*******

Varsovie, le 2 mars 2022

Votre Sainteté,

Je vous remercie beaucoup pour les mots transmis hier dans la lettre du Métropolite Hilarion. Je partage l’avis de Votre Sainteté que l’hostilité à l’égard de n’importe quelle nation est inadmissible. Nous sommes tous frères et c’est pourquoi chaque malheur de la nation ukrainienne ou de la nation russe est perçu comme étant aussi le nôtre. C’est pourquoi nous prions de tout notre cœur pour la paix en Ukraine.

Cependant, pour que notre prière ne soit pas considérée comme une expression d’hypocrisie, elle doit s’accompagner d’actions. Je crois, Votre Sainteté, que vous êtes un homme de paix. Notre Seigneur Jésus Christ enseignait : « Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu » (Mathieu 5,9). Je vous demande donc, mon Frère, de faire appel à Vladimir Poutine pour qu’il mette fin à cette lutte insensée contre le peuple ukrainien dans laquelle des gens innocents sont tués et la souffrance touche non seulement les soldats mais également les civils, en particulier les femmes et les enfants. Un seul homme peut, avec une seule parole, arrêter les souffrances de milliers de gens : c’est le président de la Fédération de Russie. Je vous demande très humblement d’appeler au retrait des troupes russes du pays souverain qu’est l’Ukraine.

Aucun motif, aucune raison ne justifie jamais la décision d’envahir militairement un pays souverain, de bombarder des quartiers résidentiels, des écoles ou même des écoles maternelles. La guerre est toujours une défaite de l’humanité. Cette guerre, comme je l’ai écrit dans ma précédente lettre, est encore plus dépourvue de tout sens en raison de la proximité des deux peuples et de leurs racines chrétiennes. Est-il admissible de détruire le berceau du christianisme sur le sol slave, le lieu du baptême de la Rus’ ?

Je vous demande également de faire appel aux soldats russes pour qu’ils ne participent pas à cette guerre injuste, qu’ils refusent d’exécuter des ordres qui, comme nous le voyons déjà, donnent lieu à de nombreux crimes de guerre. Le refus d’exécuter un ordre dans une telle situation est une obligation morale. Le temps des comptes pour ces crimes, y compris devant les tribunaux internationaux, viendra un jour. Et si quelqu’un parvenait à échapper à cette justice humaine, il existe un autre tribunal qui ne peut être évité. « Car il nous faudra tous apparaître à découvert devant le tribunal du Christ, pour que chacun soit rétribué selon ce qu’il a fait, soit en bien soit en mal, pendant qu’il était dans son corps. » (2 Cor, 5,10).

Je crois que de nombreux Russes envoyés à la guerre sont des gens nobles. « Nous ne savons pas sur qui tirer, ils nous ressemblent tous… », a dit un de vos soldats. Je vous demande donc de les prier de retourner chez eux sans tarder, sans se tâcher les mains avec du sang innocent.

En tant que disciples du Christ, nous savons que l’arme principale de l’Église est une arme spirituelle. « Ce genre de démon n’est chassé que par le jeûne et la prière », lisons-nous chez Saint Mathieu (Mt 17,21; Mc 9,29). En Pologne, répondant à l’appel du pape François, nous avons annoncé aujourd’hui une journée de prière et de jeûne à l’intention de l’instauration d’une paix juste en Ukraine. Je vous prie, mon Frère, de demander à tous nos frères orthodoxes en Russie d’entreprendre une œuvre spirituelle similaire. Je crois que Dieu ne restera pas indifférent à nos prières et nos sacrifices. Je crois que le jeûne et la prière transforment le cœur de l’homme.

En Christ, notre Seigneur,

+Stanisław Gądecki
Archevêque de Poznań
Président de la Conférence des évêques de Pologne

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !