Connexion
S'abonner

Quand faut y aller, faut y aller…

Le coup de gueule d’Alain Sanders

A l’abordage par tribord et babord !

A parler franchement (comme je le fais toujours et d’autant que j’en suis à un âge où l’on ne s’encombre plus de circonvolutions oratoires), j’ai un peu vergogne, alors que des nationalistes ukrainiens meurent les armes à la main face à l’envahisseur, à traiter du vistemboir électoral. Tout ce foirail peut sembler un peu dérisoire vu [...]

Vous souhaitez lire la suite de cet article ?

Je m'inscris à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Présent et accédez gratuitement à cet article.

Un lien vous sera envoyé par email.

Je m'abonne

Découvrez nos offres

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés