Connexion
S'abonner

Les Biélorusses disent non à la guerre en Ukraine

Dès le début de son invasion en Ukraine, la Fédération de Russie s’est servie du territoire de la Biélorussie, où son armée était déployée dans le cadre de manœuvres, comme base arrière. L’armée russe se déplace librement à l’intérieur du pays et attaque les troupes ukrainiennes depuis la Biélorussie, notamment dans le cadre de son offensive sur Kiev, tout en tirant des missiles sur les villes ukrainiennes et autres cibles stratégiques depuis le territoire biélorusse. Depuis le début de la guerre, les spéculations n’ont donc pas cessé sur une éventuelle implication active de l’armée biélorusse dans cette agression. Le Pentagone ainsi que les services de renseignement ukrainiens ont averti à de nombreuses reprises de la concentration de troupes biélorusses le long de la frontière avec l’Ukraine alors que le président Alexandre Loukachenko réaffirme au contraire depuis un mois déjà que son pays n’a pas l’intention de participer à l’intervention militaire russe.

Selon les informations du renseignement militaire ukrainien, les officiers des services spéciaux russes essaieraient cependant de « convaincre » les militaires biélorusses réticents à l’idée d’une intervention en Ukraine en leur proposant même de rejoindre l’armée russe contre une solde de 1000-1500 dollars par mois et en promettant d’autres avantages tels que des postes dans les écoles militaires les plus prestigieuses de Russie. Selon les mêmes sources, qui sont donc à prendre avec prudence, les Russes seraient en train de remplacer les commandants biélorusses soupçonnés de manque de loyauté envers la Russie ou de liens avec l’opposition biélorusse.

Mais face aux pressions russes, Alexandre Loukashenko serait en fait entre l’enclume et le marteau. En effet, selon une étude réalisée par le think tank britannique Chatham House, 67% des Biélorusses s’opposent à ce que les troupes russes bombardent l’Ukraine depuis le territoire de la Biélorussie (contre 8% qui y sont favorables), et seuls 3 % des Biélorusses répondent positivement à la question « La Biélorussie doit-elle participer aux actions militaires aux côtés de la Russie en Ukraine ? ». Bien que soumise à une propagande russe et à une censure quasi-totale (depuis les manifestations de 2020, presque tous les médias indépendants ont été liquidés et les journalistes d’opposition sont persécutés), la société biélorusse garde ses distances par rapport à cette guerre qui n’est pas la sienne. Il est ainsi intéressant de noter que 28% des personnes interrogées estiment que la Biélorussie doit soutenir les actions de la Russie mais ne pas s’y impliquer et 25 % des Biélorusses exigent la déclaration d’un statut de neutralité et le retrait complet des troupes étrangères de leur territoire.

Selon un conseiller du ministre de l’Intérieur ukrainien cité par le site Ukrinform « Loukashenko a très peur de déclencher de telles hostilités. Il comprend que, s’il le faisait, son mandat de président serait alors terminé. La Biélorussie dispose d’une petite armée, qui ne compte que 40 000 hommes. Selon diverses estimations, 5 ou 8000, au maximum 10 000, sont prêts à se battre. Jeter cette armée dans la bataille maintenant, dans ces conditions, signifierait des milliers de cercueils. Le peuple biélorusse y est catégoriquement opposé ».

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !