Connexion
S'abonner

Immigration au Canada : les vannes sont ouvertes

De notre correspondant au Canada. – La vice première ministre canadienne Chrystia Freeland a déposé jeudi dernier son budget 2022, dans lequel le gouvernement établit les priorités pour l’année à venir. En cette période post-pandémique, les défis sont de taille avec l’inflation, la raréfaction des logements et les pénuries liés à la pandémie et à la guerre en Ukraine. Les problèmes sont tels que l’agenda vert de Trudeau a été mis en veilleuse au nom d’un pragmatisme politique qu’on peut saluer. Toutefois, un aspect idéologique surpasse tout, même le réel, et c’est celui de l’immigration de masse.

L’an prochain, comme à chaque année depuis son accession au pouvoir, Trudeau veut établir un nouveau record en immigration. Le Canada acceptera donc pas moins de 451 000 nouveaux venus.

Il faut se souvenir qu’à son arrivée, les chiffres tournaient autour de 250-265 000 par année, une somme déjà astronomique pour un pays de moins de 40 millions d’âmes. Aujourd’hui on accepte près d’un demi-million d’immigrants par an!

Cet afflux majeur réglera tout : les déficits (bien que les économistes clament le contraire), la pénurie de logements (les organismes de gauche liés au logement sont muets sur ce raisonnement) et l’insécurité. Bref, égal à lui-même et à sa tradition annuelle, Trudeau nous explique qu’à tout problème, il n’y a qu’une seule voie de sortie : un grand remplacement accéléré.

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !