Connexion
S'abonner

Courrier d’électeurs

  • De Guilhem de T.

Bravo à Francis Bergeron et Julien Langella pour leurs articles dans Présent de samedi. Pour les mêmes raisons que Langella, j’étais au Trocadéro, et, dimanche, j’ai voté Zemmour, après avoir dit à la responsable de la fédération RN de Châteauroux qu’elle pouvait compter sur moi pour la campagne de 2e tour. Pourvu que les états-majors des deux côtés ne viennent pas briser l’élan électoral d’union. Impossible n’est pas français. Et Dieu pourra donner la victoire électorale à Marine si les hommes d’armes savent batailler.


  • De J.M.

Il est assez minable, pathétique, pitoyable et risible de voir tous les clowns de ces partis-croupions écrasés qui n’ont pas cessé de déverser leur bile contre Macron depuis cinq ans et qui viennent aujourd’hui lui apporter leurs voix ! Quelle caricature de la politique française de voir ce troupeau de cancrelats venant à la gamelle et à la remorque de la macronie haïe de 75 % des Français ! Surtout ne pas s’abstenir le 24, ce serait replonger pour cinq ans de cauchemar et de malheurs supplémentaires ! Tous derrière Marine !


  • D’Alain Didier

Les résultats ne sont pas bons. Mais on ne peut rien contre les faits, même si des tripatouillages ne sont pas à exclure. Trois bonnes nouvelles : l’effondrement des socialistes et des écologistes, l’échec de Pécresse. Elles sont toutefois à relativiser en fonction de leurs positions déjà acquises, que pourraient confirmer les législatives. Le faible score de Dupont-Aignan confirme l’aveuglement de nos concitoyens quant à la mise en place de la dictature sanitaire, déjà décelable au vu des masqués sans obligation. Tout est prêt pour la 4e dose et le renfermement. La gauche, bien entendu, n’est pas morte, le parti communiste a fait mieux que le parti socialiste, le total des extrêmes-gauchistes reste stable. Elle pèsera de tout son poids pour la réélection de Macron, voire dans l’abstention. A droite, le vote utile a favorisé MLP aux dépens de Zemmour, le score relativement faible de celui-ci ne donnant guère de chances à Reconquête aux législatives. L’alliance avec les souverainistes (Dupont-Aignan, Philippot, Asselineau) s’impose. MLP est obligée de séduire à droite (Zemmour, Dupont-Aignan), à gauche, au centre (les soutiens de Pécresse qui n’admettraient pas le vote automatique pour Macron) et aussi une partie des abstentionnistes pour prétendre l’emporter. C’est beaucoup, et la clarté de ses engagements y perdra vraisemblablement. Pour moi, ce sera tout sauf Macron, bien sûr. Donc MLP. Prions tous pour qu’un miracle sauve notre pays !


  • De Michel Festivi.

A analyser les choses froidement, et tout bien pesé, on ne peut pas être déçu de ce premier tour à l’aune des projections des sondages et du désintérêt longtemps prévu du peuple. Macron était donné à 29-30, il fait 27,5 ; MLP au mieux à 20-21 elle fait 23,5 ; Pécresse s’écroule, elle était donnée à 10, elle fait 4,5 – la Berezina bien méritée pour ceux qui nous trahissent depuis 35 ans. Les écolos font moins que prévu et sont en difficulté financière, parfait. Seul Z fait moins bien mais il est devant Pécresse, et c’est l’essentiel. Mélenchon, lui, a beaucoup plus progressé que prévu, il était donné à 18-19 ces derniers jours, il talonne Marine. Qui aurait prévu cela il y a encore deux mois où Marine était à 16 au mieux. La politique n’est pas ce que l’on rêve mais elle est terriblement réaliste. Allez, haut les cœurs !


  • Du professeur Bernard C.

Dans une logique de « vote utile », Mélenchon a réussi à siphonner les voix du PS et des Verts. Il a plus de gouaille qu’Hidalgo et que Jadot, et son programme sur les questions environnementales était proche de celui de l’escrologiste. Dans les villes, il récupère une part non négligeable des voix des jeunes : le lavage de cerveau gauchiste que ceux-ci subissent depuis des années de la part de l’Education nationale et des médias porte ses fruits. Mais, surtout, son résultat important est le signe de la politisation croissante de la population étrangère en France. Un des faits les plus notables de cette élection est la mobilisation des étrangers à papiers français. Ils étaient très nombreux en France mais ne votaient jusqu’à présent que peu et leur influence électorale était donc secondaire quoique petit à petit de plus en plus sensible. Mais il y a eu un « saut » cette fois-ci et, désormais, ils répondent enfin à ceux qui les courtisent le plus (la gauche radicale qui, ne pouvant plus compter sur les ouvriers, se cherche une nouvelle armée de ce côté). C’est ainsi que l’Espagnol rouge Mélenchon a réussi à faire se déplacer jusqu’aux urnes une population immigrée essentiellement islamique (mais pas que) en sa faveur. Cela veut dire que la voix des Français va compter maintenant beaucoup moins, dans leur propre pays, lors des consultations électorales. On attendait ce moment prévisible : ça y est. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !