Connexion
S'abonner

Zemmour : Île d’Elbe ou Sainte-Hélène ?

Isolé, Éric Zemmour cherche un nouveau souffle alors que la campagne pour les élections législatives a commencé. Ni les LR, ni le RN ne semblent disposés à tendre la main au candidat malheureux de Reconquête. Avec 7 % des voix au premier tour, le héraut de l’union des droites semble dans l’incapacité d’envoyer des députés à l’Assemblée nationale.

« On avance et on voit. » Cette maxime bonapartiste, Eric Zemmour l’a faite sienne tout au long de cette campagne. Porté par un véritable élan militant, il est parvenu à mettre sur pied un parti fort de 120 000 adhérents et des cadres issus de la plupart des familles politiques. De Guillaume Peltier à Marion Maréchal, de Nicolas Bay à Philippe de Villiers, la fameuse droite hors-les-murs s’était trouvé une maison. Les grognons se sont mués en grognards et Eric Zemmour réalisait leur rêve en trouvant un créneau entre LR et RN.

Cela, c’était sur le papier. Privé du soutien populaire espéré, écrasé par les deux blocs populaires et mondialistes, Zemmour n’est pas parvenu à opérer la jonction de la bourgeoisie et du peuple, créant cette dynamique traversante censée briser et le plafond de verre et la frontière entre les deux blocs.

Avec 7 % au premier tour, il faut admettre que ce fut un échec. Certes, on peut le tempérer en insistant sur la jeunesse du parti et la rapidité d’une telle campagne. Il faudrait aussi évoquer la résilience de Marine Le Pen qui ne s’est, il faut le marteler, jamais trompée sur un électorat qu’elle connaît par cœur et une société dont elle sent les vagissements et les hésitations. On pourrait évidemment évoquer la guerre en Ukraine. C’est ce qu’Eric Zemmour a fait sur BFM TV ce lundi, sortant du silence derrière lequel il s’était muré depuis le second tour et son ultime coup de stylet dans le dos de la candidate RN lui imputant une série de défaites, un peu comme si Louis XVIIII avait entamé la Restauration en guillotinant ce qui restait de fidèles pour incapacité à garder le trône. En bref, Zemmour s’est enferré dans la certitude que l’échec n’était pas de son fait ni de son entourage. La coalition l’a emporté et condamné sa Garde à exécuter le dernier carré et donner à Cambronne le mot de la fin.

Mais la partie n’est pas finie. Exit la présidentielle et haro sur les circonscriptions. Là aussi, la réalité d’un terrain mal arpenté s’est rappelée cruellement au jeune parti Reconquête. Avec 7 % des voix et un RN porté par sa progression électorale sans compter la réélection du Président qui donne un net avantage aux sortants, il y a peu de chances que la situation bouge. Un à un, les cadres se sont retirés, certains sur la pointe des pieds comme Antoine Diers, d’autres un peu plus publiquement, il en allait de même pour les fidèles de Napoléon. Certains comme Stanislas Rigault se sont même vu proposer une circonscription gagnable sous les couleurs du RN, d’autres sont retournés à leurs chères études comme Jean Messiha. Les autres enfin, ont renoncé à briguer une circonscription, pour raisons personnelles mais aussi motivés par le fait de ne pas vouloir insulter l’avenir en allant au-devant d’une humiliation supplémentaire. Reconquête est désespérément seul. Ceux qui tentent de lui tendre la main se voient foudroyés dans l’heure comme ce fut le cas avec Philippe Vardon.

Zemmour est donc bel et bien sur une île à contempler l’horizon. Est-il déjà à s’interroger sur la façon dont l’Histoire le jugera tel son modèle à Sainte-Hélène ? Ou est-il à l’île d’Elbe à fomenter une aventure que tous espèrent dépasser cent jours ? •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Chers amis de Présent,

Comme nous l’avons annoncé, notre quotidien a cessé de paraître avec le numéro du 30 juin 2022.

L'ensemble du site reste accessible aux abonnés et aux visiteurs, et il sera mis à jour régulièrement.

Nous travaillons actuellement à la suite de cette grande aventure de presse qui,
sous une autre forme, poursuivra le combat. Nous vous tiendrons informés des évolutions.

Merci pour votre soutien et votre fidélité.