Connexion
S'abonner

Saint Gengou, martyr (760)

Gengou, d’une illustre famille de Bourgogne, passa son enfance et sa jeunesse dans une parfaite innocence. Maître d’une grande fortune à la mort de ses parents, il l’administra, rendant aux églises et aux pauvres ce que Dieu lui donnait. Il se maria, mais son épouse était légère, vaniteuse, mondaine. Gengou prit une grande part aux guerres de Pépin le Bref. Dieu le destinait à être un grand modèle de patience. Sa femme, après s’être moquée de ses vertus, lui devint infidèle. Il s’en aperçut, fut plongé dans une vive douleur et une grande perplexité, trouvant également pénible et funeste de punir le crime et de le laisser impuni. Un jour, il avertit la coupable du soin qu’elle devait prendre pour recouvrer son honneur. Elle lui répondit avec impudence que les bruits répandus contre elle étaient injustes et sans fondement. « S’il en est ainsi, répondit Gengou, voici une eau limpide, ni assez chaude ni assez froide pour nuire, plongez-y votre bras ; si vous n’en éprouvez aucun mal, vous serez innocente à mes yeux. » Quand elle retira son bras, la peau se détacha comme si elle était écorchée. Gengou mit sa femme dans une de ses seigneuries et lui assigna un certain revenu pour sa subsistance. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !