Connexion
S'abonner

Mardi des rogations

Le Christ laisse à accomplir par son épouse, l’Eglise, dans la suite des temps, une partie de la prière qu’il a récitée au moment d’offrir son sacrifice. Bien que cette prière soit d’une efficacité infinie, Notre-Seigneur veut que nous y unissions la nôtre. Un jour, notre divin Sauveur, considérant de son regard la multitude des âmes à racheter, disait à ses apôtres qu’il allait envoyer prêcher l’Evangile : « Priez le Maître de la moisson d’y envoyer des ouvriers. » Les apôtres auraient pu répondre : « Seigneur, pourquoi nous dites-vous de prier ? Votre prière ne suffit-elle pas ? » Non, elle ne suffit pas : « priez », vous aussi. Le Christ veut avoir besoin de nos prières comme de celles des apôtres. Il nous dit : « Prêtez-moi vos lèvres et vos cœurs pour que je puisse prolonger ma prière ici-bas pendant que là-haut j’offre mes mérites au Père. La prière d’abord ; les ouvriers ne viendront qu’ensuite et leur œuvre ne sera féconde que dans la mesure où mon Père, attentif à votre prière qui est la mienne, fera descendre sur la terre la rosée céleste de sa grâce. » •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés