Connexion
S'abonner

Ministères amers

Borne a choisi ses 27 « cavaliers de l’Apocalypse »

Élisabeth Borne a annoncé son nouveau gouvernement. Les têtes de proue restent en place tandis que le wokisme gagne du terrain.
Un cabinet toutefois provisoire puisque les élections législatives devraient provoquer quelques changements, sans oublier les remous des affaires judiciaires en cours. La « République exemplaire » promise par Emmanuel Macron n’est plus qu’un lointain souvenir.

Les millions d’électeurs français qui, de façon assez consternante, ont réélu haut la main Macron en avril dernier et attendaient depuis les noms des membres du nouveau gouvernement Borne n’ont pas fini de se mordre les doigts : en effet, annoncée vendredi après-midi au terme de plusieurs jours de tractations qui laissaient craindre le pire, la composition de ce dernier, qui associe aux ministres du gouvernement précédent les plus toxiques et les plus incompétents un certain nombre d’islamo-gauchistes et quelques élus traînant derrière eux de grosses casseroles, constitue un « cocktail » particulièrement détonant et inquiétant pour l’avenir de notre pays. Seule consolation : plusieurs de ces véritables « cavaliers de l’Apocalypse » pourraient bien dégager au lendemain des législatives, voire avant…

Les calamiteux Le Maire, Dupond-Moretti et Darmanin reconduits !

Si la lamentable nomination à l’Education de Pap Ndiaye a largement concentré l’attention au cours du week-end (voir l’article de Xavier Eman), il ne faut cependant pas manquer de dénoncer avec la plus grande vigueur les incroyables reconductions à leurs maroquins respectifs de Le Maire, Dupond-Moretti et Darmanin, dont les bilans dans les domaines de l’économie, de la justice et de la sécurité sont pourtant les plus catastrophiques qu’il nous ait été donné de voir depuis des années ! Une nouvelle qui, concernant les deux derniers, a dû immédiatement faire la joie des barbares et autres bandes ethniques, bien conscients qu’ils vont pouvoir continuer à sévir en toute impunité. Mais pas seulement : décidément indécrottable, le syndicat Alliance, qui avait déjà appelé à voter Macron au second tour de la présidentielle de 2017, s’est dit « satisfait » de la reconduction de l’imposteur Darmanin dans ses fonctions…

Affaires judiciaires en pagaille

Reste que, et c’est une bonne nouvelle pour la France, ce gouvernement, à peine constitué, a déjà pas mal de plomb dans l’aile. Nombreux sont en effet ses membres qui sont impliqués, à des degrés divers, dans plusieurs affaires judiciaires. Notamment de mœurs. La chose n’a d’ailleurs pas échappé à l’association Osez le féminisme, qui a « condamné fermement » dès vendredi soir la nomination (entre autres) de Darmanin, en raison des accusations de viol qu’il traîne derrière lui. Et les témoignages, publiés samedi par Mediapart, accusant de « viols » et de « violences sexuelles » en 2010 et 2011 le nouveau ministre des Solidarités Damien Abad n’ont évidemment pas calmé les esprits. D’autant que les affirmations de Borne assurant qu’elle n’était « pas au courant » de cette affaire, alors que la direction de LREM en avait été informée, ne sont guère convaincantes… Quoi qu’il en soit, les jours de ce gouvernement cauchemardesque sont heureusement d’ores et déjà comptés. D’abord parce que l’Elysée a fait savoir que les ministres (15 au total, dont Borne) qui ne seront pas réélus aux prochaines législatives ne pourront conserver leur place. Et ensuite parce que, aux dires de son entourage, Macron aurait de toute façon prévu de « procéder à quelques ajustements » d’ici l’été. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Chers amis de Présent,

Comme nous l’avons annoncé, notre quotidien a cessé de paraître avec le numéro du 30 juin 2022.

L'ensemble du site reste accessible aux abonnés et aux visiteurs, et il sera mis à jour régulièrement.

Nous travaillons actuellement à la suite de cette grande aventure de presse qui,
sous une autre forme, poursuivra le combat. Nous vous tiendrons informés des évolutions.

Merci pour votre soutien et votre fidélité.