Connexion
S'abonner

Québec : vers une victoire du “nationalisme mou” de François Legault

De notre correspondant au Québec. – Les élections à date fixe auront lieu en octobre prochain, mais un sondage Léger (pour ce que valent réellement ces sondages) vient confirmer ce que l’on sait déjà : François Legault sera réélu avec une majorité, à moins d’un revirement de situation inattendu.

Legault surfe sur une vague depuis son élection il y a quatre ans et jouit de 46% d’intentions de vote. Malgré la covid, la pénurie de main d’œuvre et l’inflation, il demeure, grâce à son nationalisme mou, le préféré des Québécois qui se reconnaissent dans ce « premier ministre normal » pour employer l’expression de François Hollande. Par l’adoption de mesures identitaires bien timides, notamment le renforcement des lois pour la défense du français, la laïcité dans la fonction publique et les dénonciations du wokisme, il s’est assuré la fidélité de la majorité « de souche » que son principal rival, le Parti libéral s’est complètement aliéné. Ce dernier, dirigé par Dominique Anglade, compte uniquement sur l’appui des minorités et va chercher 18% des intentions de vote.

Le troisième parti, et c’est là une nouveauté, talonne Legault par la droite. Le Parti conservateur mené par l’ancien animateur de radio Éric Duhaime mise sur la lutte contre les mesures sanitaires et la privatisation de l’appareil d’État pour se faire élire. Pour le moment, il rassemble 14% des sondés. Quant aux souverainistes, ils plafonnent à 8%, derrière l’extrême gauche de Québec solidaire, ce qui révèle qu’ils ne sont plus considérés comme les défenseurs du nationalisme québécois, déclassés définitivement par Legault. Les années de renoncements et de trahison du Parti québécois finissent par leur coûter cher.

 

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !