Connexion
S'abonner

Panier dégarni

Une inflation record annoncée pour 2022

Inflation oblige, le panier moyen a augmenté de 5,2 %. Une hausse qui accompagne celle de l’essence, et ce avant même que gaz et électricité n’augmentent à leur tour cet été ou à la fin de l’année. Les ménages vont devoir faire des choix difficiles entre alimentation, chauffage et déplacements.

Avez-vous entendu cette rumeur qui a parcouru la classe politique, fin avril : si Marine Le Pen n’a pas paru spécialement déçue par sa défaite face à Macron, c’est parce qu’elle sait que les 18 prochains mois seront terribles pour les Français, sur le plan économique, et qu’il est préférable que les responsables en supportent les conséquences ? Ce n’est qu’un bruit de couloir, sans doute infondé, mais les nuages noirs, eux, sont bien là.

Le 12 mars 2020, le président Macron, confronté à la crise sanitaire qui s’annonçait, avait lancé son fameux « quoi qu’il en coûte ». Il a tenu parole, ses ministres ont bien compris le message, à savoir une absence de limites aux dépenses de l’Etat, celles-ci étant compensées par ce que l’on appelait jadis « la planche à billets ». Mais cette politique de gribouille était forcément inflationniste.

Désormais, l’inflation est là, et bien là. Qui plus est, personne n’avait prévu que s’y ajouterait, avant même la fin de la pandémie, ce conflit russo-ukrainien.

Nous entrons donc en effet, progressivement, dans une période de très grande turbulence économique, aux conséquences sociales imprévisibles. Les chiffres de l’inflation annoncent d’ores et déjà un été chaud : à un mois des grandes vacances, le prix du carburant dépasse désormais systématiquement les 2 euros, ce qui traduit une augmentation de 50 % environ en un an.

En outre, le panier de la ménagère, qui vise les produits de première nécessité, enregistre des augmentations importantes : + 19 % pour les pâtes, + 28 % pour la farine, + 53 % pour l’huile. Ces produits sont directement touchés par la guerre à l’Est. En un an, l’augmentation des denrées alimentaires est de 31 % mais seules 75 % des augmentations de matière première ont été répercutées à ce jour dans les prix de vente.

Les chiffres de l’inflation, en glissement sur un an, s’établissaient à 4,8 %, dont 3,8 % pour le panier de la ménagère, en avril. Le chiffre de mai vient de tomber : 5,2 %. A ce rythme, le coût de la vie pourrait appauvrir significativement une très grande partie des Français.

C’est un phénomène totalement nouveau pour les moins de 50 ans. Car il faut remonter à 1985 pour trouver une inflation annuelle significative. De 1986 à 2021, l’inflation se situait sur une sinusoïdale variant grosso modo, chaque année, entre 0 et 2 %. Pour le consommateur, c’est donc un choc. Quant aux entreprises, elles ont perdu l’habitude, elles aussi, de suivre avec attention – et de répercuter aux clients – la course des prix et des salaires. Cette course avait alimenté l’essentiel des conflits sociaux sous la Ve République, jusqu’au tournant de 1986 et à une maîtrise de l’inflation que l’on pouvait croire définitive. Pour la première fois, les Français prennent visuellement conscience, dans les grandes surfaces notamment, que les prix sont en train de flamber. En juin, sur un an, l’inflation approchera sans doute les 6 %.

L’inflation française ne serait pas la plus forte d’Europe : en Allemagne, les prévisions s’établissent à 10 % pour l’année 2022. Mais l’Allemagne étant toujours notre principal partenaire économique, une telle inflation va se répercuter sur les prix français.

Cet été pourraient intervenir de fortes augmentations de l’énergie malgré les blocages gouvernementaux (le prix du gaz est gelé depuis novembre, et l’électricité a été plafonnée il y a quatre mois à + 4 % pour les PME et les particuliers). Mais une augmentation de 8 % de l’électricité pourrait intervenir avant la fin de l’année.

La politique de blocage a atteint ses limites, le discours du blocage des prix redevient néanmoins populaire, tout simplement parce que les Français sont de plus en plus inquiets. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !