Connexion
S'abonner

Les évolutions de “Présent” : nos lecteurs réagissent

Message n° 3 à nos lecteurs

Concernant Présent, nos lecteurs réagissent en nombre aux hypothèses d’évolution sur lesquelles nous travaillons actuellement. Voici par exemple ce que nous écrit Jean-François C., qui habite la Bretagne : « Abonné de longue date, avançant en âge et de plus subissant un service de distribution postale calamiteux, je verrais bien Présent devenir hebdomadaire, cela me conviendrait, me suffirait et me permettrait de rester fidèle à votre équipe et à notre “combat”, qu’il nous faut continuer. » Cela rejoint les réflexions de ceux de nos lecteurs qui, dans certaines régions, reçoivent tous les Présent de la semaine en une seule fois, le vendredi, comme si un facétieux facteur s’amusait à les bloquer pour les apporter une fois par semaine, pour réduire ses tournées.

Une lectrice, Jacqueline P., nous propose une solution plus radicale à notre problème d’acheminement postal : « Pourquoi vous entêtez-vous à faire un journal papier ? Moi, depuis toujours, je lis Présent sur l’écran et j’en suis bien contente. Je l’ai toujours à l’heure… Et je vois avec crainte arriver sur l’écran en une seule fois un hebdomadaire copieux. »

La remarque de Jacqueline est pertinente : bien évidemment nous pourrions poursuivre la publication de la seule version numérique, faisant ainsi chuter considérablement nos charges, car l’impression est le premier poste de dépenses d’un quotidien papier. S’y ajoutent les frais d’acheminement : mise sous enveloppe, routage et tarifs postaux. Il faut aussi gérer les plaintes des lecteurs qui, parfois, constatent qu’ils n’ont jamais reçu tel ou tel numéro, soit parce que l’adresse a été mal imprimée (c’était assez fréquemment le cas quand le journal était envoyé sous film plastique), soit parce qu’il a été perdu quelque part dans les méandres postaux. Il faut donc leur renvoyer un exemplaire, ce qui nécessite toute une petite gestion au quotidien.

Mais le papier a aussi ses avantages : d’abord le confort de lecture. La lecture sur écran est certes pratique, mais elle n’est pas spécialement agréable, et trop souvent elle s’assimile au travail, aux contraintes du bureau. C’est sans doute l’une des raisons qui font que l’e-book, le livre numérique, connaît des ventes stagnant à environ 7 % du marché des livres. Le livre se prête, s’offre, pas le livre numérique. Il en est un peu de même avec le journal. On peut offrir un abonnement papier, cela reste un cadeau. On peut prêter ou donner son journal.

Mais offrir un abonnement virtuel, c’est simplement donner un code d’accès, ce n’est pas ressenti comme un cadeau.

L’autre avantage du papier, c’est qu’il est beaucoup plus difficile à censurer. Il faut passer par les tribunaux, qui apprécient chaque situation au regard de la loi et pas en fonction des pressions exercées par des lobbies, sur des critères purement arbitraires. Le site de Présent a été censuré plusieurs fois, notamment en raison de notre soutien aux jeunes identitaires, dans différentes circonstances. Mais le journal papier Présent n’a jamais été censuré, même s’il lui est parfois arrivé d’être condamné.

Le papier, c’est le « haut de gamme » de l’information. Le papier reste quand le virtuel disparaît. Le papier peut difficilement être réécrit quand l’information en ligne peut être trafiquée, détournée. Le papier permet aussi de procéder à des découpages pour constituer des dossiers, ou « truffer » des livres. Bien évidemment, on peut aussi le faire en imprimant les informations que l’on veut garder. Mais qui le fait ?

Enfin, notre ambition est de conserver tous les lecteurs et abonnés actuels de Présent. Or nous savons qu’une petite partie de nos lecteurs n’est pas équipée en ordinateurs, voire est réfractaire à l’informatique. Question de génération ? Dans quelques cas, oui. Mais il faudrait plutôt parler d’une forme d’allergie qui frappe une minorité de nos concitoyens. Reconnaissons qu’il y a parfois de bonnes raisons de développer cette allergie !

Mais dans le projet de la rentrée 2022, outre l’hebdomadaire, il y a l’idée de développer le site, de dédier intégralement un journaliste à la mise à jour quotidienne du site, pour l’alimenter abondamment en informations, « dans l’esprit de Présent » :

— un site vivant, actualisé, impertinent ;

— un hebdomadaire dense, riche, faisant une large place à notre actualité politique, religieuse, culturelle, une sorte de Présent du samedi mais en beaucoup plus consistant ;

— des hors-série sur nos thèmes, ceux qui nous émeuvent, nous indignent, nous mobilisent. Ce qui est le cas des hors-série que nous avons publiés ces dernières années, dans le cadre d’une nouvelle formule.

Il ne s’agit pas de tout révolutionner, il s’agit d’évoluer, et d’être une authentique partie prenante de l’esprit de conquête qui traverse actuellement le mouvement national. •

Francis Bergeron et Françoise Pichard, cogérants

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Chers amis de Présent,

Comme nous l’avons annoncé, notre quotidien a cessé de paraître avec le numéro du 30 juin 2022.

L'ensemble du site reste accessible aux abonnés et aux visiteurs, et il sera mis à jour régulièrement.

Nous travaillons actuellement à la suite de cette grande aventure de presse qui,
sous une autre forme, poursuivra le combat. Nous vous tiendrons informés des évolutions.

Merci pour votre soutien et votre fidélité.