Connexion
S'abonner

Les évolutions de “Présent”

Message no 4 aux lecteurs

Depuis mercredi, nous vous exposons la révolution (au bon sens du terme) que nous envisageons de mettre en œuvre, pour permettre à Présent de jouer un rôle beaucoup plus significatif demain, et pour nous adapter aux évolutions techniques et aux évolutions du comportement des lecteurs dans leur recherche d’information.

Nous avons évoqué mercredi le fait que les quotidiens papier sont aujourd’hui concurrencés par les outils de communication instantanée, qui nous accompagnent partout, notamment nos téléphones. Jeudi nous avons rappelé que l’allongement des délais d’acheminement de la poste décourageait les abonnés, tandis que la chute des ventes à l’unité sur les points de vente de presse affectait tout particulièrement les quotidiens, qui ne restent en vente que quelques heures chaque jour. Vendredi nous avons répondu à quelques-unes de vos questions et objections, rappelant au passage que le tout numérique a des inconvénients, et que le papier a ses vertus. L’évolution prévue s’opèrera en conservant la version papier, à la différence, par exemple des quotidiens France-Soir ou La Tribune, qui ne paraissent plus qu’en version numérique.

C’est pourquoi le projet de rentrée prévoit à la fois un site d’information numérique, un hebdomadaire papier, des hors-séries à thème. Bien évidemment le site d’information numérique pourra sans doute vous rappeler le site actuel de Présent, mais avec l’ambition de le faire coller beaucoup plus à l’actualité, un journaliste étant prévu pour lui être dédié à plein temps ; l’hebdomadaire offrira sans doute pour sa part des similitudes avec l’actuel Présent du samedi (pages « Présent littéraire », « Dieu premier servi », etc.), mais avec une pagination très accrue, et des articles développant l’information, l’analyse, les entretiens de fond, les reportages, ce que le format actuel de Présent ne permet pas suffisamment. Quant aux hors-séries, l’hebdomadaire en publiera également, comme le font d’ailleurs la plupart des grands hebdomadaires, à commencer par Valeurs actuelles et Le Figaro Magazine, et comme l’a fait Présent ces dernières années, tout simplement parce que le seul fait que ces hors-séries soient vendus pendant deux mois en kiosque a toujours assuré des niveaux de vente honorables, permettant de gagner de l’argent et de contribuer à rétablir les comptes du média principal.

Mais il y a une dernière très bonne raison pour faire évoluer Présent, que nous n’avons pas encore développée : c’est l’évolution politique la plus récente, et aussi les dernières prises de position au sein de l’Eglise.

L’exceptionnel succès du RN, dimanche dernier, a changé la donne. Le mouvement national a franchi une étape cruciale. Pour la première fois de son histoire, en tout cas pour la première fois depuis la fin de la guerre, cette famille politique est devenue une force essentielle, incontournable, dans le pays. En tout cas elle est reconnue comme telle, par les médias, par la classe politique, par le président de la République lui-même. Elle s’est enracinée dans le pays comme jamais, et l’analyse des scrutins de dimanche dernier montre dorénavant des départements entiers acquis au RN, des régions entières sous l’influence du RN. A ce stade, on peut se poser la question : quel est l’apport de Présent dans cette réussite ? Osons le dire : il est faible.

D’abord parce que nous doutions de voir s’effondrer, le 19 juin 2022, le « front républicain », sorte de mur de Berlin mental. Ensuite parce que nous n’imaginions pas voir débouler 89 députés RN. Cet événement, nous ne l’avons pas anticipé, nous ne l’avons même pas imaginé. Mea culpa : il faut juger l’arbre à ses fruits, et la stratégie du RN et de sa direction à l’aune de ces 89 députés.

Ensuite parce que Présent n’est lu que par des convaincus. Depuis longtemps, dans sa forme actuelle, dans sa périodicité actuelle, il ne répond pas assez aux nouveaux défis politiques, il contribue trop peu à attirer à lui des lecteurs se situant ne serait-ce que dans les marges du mouvement national.

L’autre défi des temps présents est celui de la défense de notre identité chrétienne. Présent doit améliorer, approfondir son esprit de résistance, il doit participer à la conquête, à la reconquête. Bien entendu Présent y a toujours participé à sa façon.

Mais la publication 252 fois par an d’un journal quotidien (sans compter nos dix hors-séries) est-elle proportionnée aux résultats, du moins sur ce plan ? Les 338 numéros d’Itinéraires, la revue de Jean Madiran, publiés de 1956 à 1996, soit pendant 30 ans, n’ont-ils pas eu un rôle autrement plus important dans le soutien à la tradition ? La périodicité n’est donc pas le premier critère d’efficacité, du moins pour certains thèmes. De ce fait, l’investissement, et l’effort financier demandé à nos lecteurs et à nos donateurs pour assurer un maintien de la forme quotidienne de Présent, se justifient-ils encore ?

C’est cette réflexion qui nous conduit aujourd’hui à souhaiter faire évoluer Présent. Survivre sous forme quotidienne ou participer à un puissant rebond sous forme hebdomadaire, tel était le dilemme, tel est le débat que nous avons voulu trancher.

Ne nous y trompons pas : dans cinq ans, il n’y aura plus de quotidiens nationaux papiers, et dans dix ans il n’y aura plus non plus de quotidiens régionaux papiers, tous les spécialistes vous le confirmeront. A l’exception sans doute de quelques titres témoins, comme Le Figaro et Le Monde.

En anticipant des évolutions inéluctables, nous préservons l’avenir. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Chers amis de Présent,

Comme nous l’avons annoncé, notre quotidien a cessé de paraître avec le numéro du 30 juin 2022.

L'ensemble du site reste accessible aux abonnés et aux visiteurs, et il sera mis à jour régulièrement.

Nous travaillons actuellement à la suite de cette grande aventure de presse qui,
sous une autre forme, poursuivra le combat. Nous vous tiendrons informés des évolutions.

Merci pour votre soutien et votre fidélité.