Connexion
S'abonner

Brèves de parvis

Mgr Le Saulx, évêque du Mans, a fait paraître sa lettre incendiaire (voir Présent du 28 juin) pleine de mesures toutes plus vexatoires les unes que les autres pour les fidèles attachés à la messe traditionnelle (dont l’obligation faite aux prêtres traditionnels de concélébrer, notamment pour la messe chrismale) juste avant de quitter son poste. Le 27 juin, il a été nommé évêque d’Annecy par le pape François. Il pourra ainsi exercer ses talents pour la politique de la terre brûlée dans un nouveau diocèse.


Le curé de Saint-Nicolas du Chardonnet, l’abbé Petrucci, fort apprécié de ses fidèles, quitte Paris pour reprendre la mission du père Marziac (retraites de saint Ignace) à Caussade.


Dans son message du 27 juin aux prêtres et aux fidèles de son diocèse, Mgr Rey remarque : « La place du monde traditionaliste dans notre séminaire et dans le Diocèse constitue également un des points sensibles relevés par les congrégations romaines. J’ai toujours cherché à intégrer ce courant, au sein d’une véritable communion ecclésiale, en fidélité avec le Saint-Père, et avec le magistère romain, en particulier le concile Vatican II. La diversité des sensibilités et des charismes de nos communautés participe, avec votre active contribution à insuffler un réel dynamisme pour l’annonce de l’Évangile. Se faisant, je me situe dans la ligne des choix pastoraux portés par mes prédécesseurs, Mgrs Barthe et Madec. »


Présente à Rome le 29 juin à la messe présidée par le Pape au cours de laquelle les nouveaux archevêques métropolitains ont reçu leur pallium, Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants aux Etats-Unis, y a reçu la communion, ce qui lui a été interdit par son évêque à San Francisco étant ses engagements publics en faveur de l’avortement.


Messe en la solennité des saints Pierre et Paul Apôtres le 29 juin 2022 à Rome.

En la fête de saints Pierre et Paul, le 29 juin, le Pape a insisté sur la nécessité d’une Eglise catholique « ouverte à tous » (le mot tutti est revenu dix fois dans son allocution). Puis il a fustigé « les nombreuses résistances intérieures qui nous empêchent de nous mettre en mouvement » et dénonçant « l’arrérisme » (manifestement, ceux qu’il accuse ainsi de « tiédeur », de « paresse » et de « médiocrité spirituelle » ne font donc pas partie des « tutti »). Puis, dans un second message délivré le même jour, il a fait paraître une lettre contenant 65 articles, voulant régler définitivement la question de la messe, qui n’est pas, selon lui, une question de « sensibilités », mais bien une question « d’écclésiologie » – ce en quoi il n’a pas tort. « Je ne vois pas comment on peut dire que l’on reconnaît la validité du concile Vatican II – bien que je m’étonne qu’un catholique puisse prétendre ne pas le faire – et ne pas accepter la réforme liturgique. » Donc « l’unique expression de lex orandi du rite romain» est celle qui est «conforme aux décrets du concile Vatican II ». Il faut former ceux qui méconnaissent la valeur du rite nouveau, puisque l’Église, qui est le « sacrement du Christ », a lié de façon « inséparable » les enseignements du concile Vatican II à la réforme de la liturgie.


Face à de telles déclarations, il est bon de lire les conclusions d’un entretien avec Jean de Tauriers, responsable du Pèlerinage de Chrétienté, paru dans la Lettre Summorum Pontificum News 17 : « Les communautés traditionnelles trouveront toute leur place dans les diocèses et dans l’Eglise. La fidélité et la résistance de tant de catholiques fervents et dévoués, clercs et laïcs, trouveront ainsi leur juste récompense. »

Anne Le Pape

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Chers amis de Présent,

Comme nous l’avons annoncé, notre quotidien a cessé de paraître avec le numéro du 30 juin 2022.

L'ensemble du site reste accessible aux abonnés et aux visiteurs, et il sera mis à jour régulièrement.

Nous travaillons actuellement à la suite de cette grande aventure de presse qui,
sous une autre forme, poursuivra le combat. Nous vous tiendrons informés des évolutions.

Merci pour votre soutien et votre fidélité.