Connexion
S'abonner

Adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN : encore des concessions à la Turquie islamiste

Dans notre édition datée du 29 juin, nous avions évoqué l’hypothèse d’un veto de la Turquie à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN. En effet, reprochant à ces deux pays non seulement d’accueillir sur leurs sols des membres du PKK et du Fetö, mais en outre d’avoir imposé un embargo sur les armes à destination d’Ankara après l’offensive turque d’octobre 2019 contre l’YPG dans le nord-est de la Syrie, l’islamiste Erdogan avait jusque-là toujours affiché son refus de voir ces deux nations boréales intégrer l’Organisation. Le 25 juin encore, quelques jours avant le sommet de l’OTAN à Madrid, le tyran d’Ankara avait d’ailleurs fait savoir que ses discussions avec les gouvernements suédois et finlandais n’avaient connu « aucun progrès durant les dernières semaines », et qu’il était donc fort peu probable que la Turquie valide leur entrée dans l’OTAN. Or, coup de théâtre mercredi à Madrid : Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Organisation, annonçait officiellement qu’Ankara avait finalement renoncé à user de son droit de veto.

« La Turquie a obtenu ce qu’elle voulait ! »

Une renonciation qui ne doit évidemment rien au hasard, et n’a été acquise qu’au prix de nouvelles concessions faites au gouvernement islamiste turc. Ainsi, selon le memorandum diffusé après l’annonce de cette information, les deux pays candidats se sont vus contraints de prendre l’engagement de ne fournir « aucun soutien aux kurdes syriens », de « condamner sans ambiguïté toutes les organisations terroristes commettant des attaques » sur le sol turc, d’accepter de renforcer leur coopération avec Ankara en matière de lutte contre le terrorisme et le crime organisé via un « mécanisme structuré à tous les niveaux », y compris entre « les services de sécurité et les services de renseignement », d’enquêter sur « toute activité de financement et de recrutement du PKK et de toutes les autres organisations terroristes », et enfin, de « traiter les demandes d’expulsion ou d’extradition de personnes soupçonnées de terrorisme de manière rapide et approfondie, en tenant compte des informations, preuves et renseignements fournis » par Ankara. Quant aux restrictions sur les ventes d’armes et d’équipements militaires, la Turquie a également obtenu qu’elles soient levées. Bref, de quoi expliquer le large sourire affiché à l’issue du sommet de Madrid par Erdogan, qui n’a pu s’empêcher de jubiler : « la Turquie a obtenu ce qu’elle voulait ! »

Des F-16 et futurs F-35 en cadeau ?

En réalité, elle a probablement obtenu bien davantage que ce que les responsables de l’OTAN ont daigné annoncer. A commencer par la modernisation de sa flotte militaire aérienne par les Etats-Unis. Rappelons en effet que, depuis plusieurs mois, la Turquie s’efforçait de convaincre Washington de lui vendre une quarantaine de F-16 Viper et quelque 80 kits de modernisation pour ses avions de combat. En même temps, depuis son exclusion du programme F-35 par l’administration Trump pour avoir acquis des systèmes russes de défense aérienne S-400 « Triumph », elle réclamait à cor et à cri sa réintégration dans ce projet. Or, un haut responsable américain avait beau expliquer mercredi qu’il n’y avait « pas eu de demande de la part des Turcs pour que les États-Unis fassent une concession particulière », assez curieusement, dans la foulée de la levée du veto d’Ankara, Joe Biden annonçait officiellement que le gouvernement américain était « prêt à aider la modernisation de l’armée de l’air turque »…

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Chers amis de Présent,

Comme nous l’avons annoncé, notre quotidien a cessé de paraître avec le numéro du 30 juin 2022.

L'ensemble du site reste accessible aux abonnés et aux visiteurs, et il sera mis à jour régulièrement.

Nous travaillons actuellement à la suite de cette grande aventure de presse qui,
sous une autre forme, poursuivra le combat. Nous vous tiendrons informés des évolutions.

Merci pour votre soutien et votre fidélité.