Connexion
S'abonner

L’Italie submergée

La démission en Italie du chef du gouvernement Mario Draghi et l’annonce de législatives anticipées angoissent les commentateurs français qui redoutent que le jeune « parti néo-fasciste » (sic) I Fratelli d’Italia ne devienne le groupe le plus important à la Chambre des Députés, sa présidente Giorgia Meloni ayant de plus l’avantage sur la Lega de Matteo Salvini d’être très appréciée des Méridionaux, étant née à Rome d’une mère sicilienne.

Le glissement à droite des Italiens déjà submergés est parfaitement logique quand l’on sait qu’entre le 1er janvier et le 22 juillet, 34.000 migrants sont arrivés par la mer en Italie, contre 25.500 sur la même période de 2021 et 10.900 en 2020, selon le ministère de l’Intérieur transalpin. Et que plus de 1 600 autres en provenance de Tunisie et de Libye ont été débarqués les 23 et 23 juillet dans les ports, dont 522 originaires d’Afghanistan, du Pakistan, du Soudan, de l’Éthiopie et de Somalie sur la seule (et minuscule) île sicilienne de Lampedusa.

Une cadence qui ne peut que favoriser Les Frères d’Italie, mais à qui la faute ?

 

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Chers amis de Présent,

Comme nous l’avons annoncé, notre quotidien a cessé de paraître avec le numéro du 30 juin 2022.

L'ensemble du site reste accessible aux abonnés et aux visiteurs, et il sera mis à jour régulièrement.

Nous travaillons actuellement à la suite de cette grande aventure de presse qui,
sous une autre forme, poursuivra le combat. Nous vous tiendrons informés des évolutions.

Merci pour votre soutien et votre fidélité.