Connexion
S'abonner

Livraison des premiers Centaure à la gendarmerie

La Macronie se prépare-t-elle à la guerre civile ?

Commandés en octobre dernier auprès du grand constructeur français de véhicules blindés Soframe, les premiers Centaure, redoutables engins affectés au maintien de l’ordre, ont été livrés à la gendarmerie mobile. Officiellement destinés à remplacer les vieux VBRG datant des années 1970, leur arrivée progressive dans leurs unités d’affectation, au moment même où la France est au bord de l’explosion politico-sociale, n’est pas passée inaperçue.

Et pour cause : ce nouveau modèle de camion blindé de 14 tonnes et de plus de 7 mètres de long, dont le ministère de l’Intérieur a acheté pas moins de 90 exemplaires pour 57 millions d’euros, dispose non seulement sur son toit d’un lance-grenades lacrymogènes capable de tirer 30 munitions à deux reprises (soit 30 fois plus que les VBRG) et de caméras pouvant identifier une personne à plus de 10 kilomètres en plein jour, mais aussi et surtout d’un fusil mitrailleur de type FN MAG 58, piloté depuis l’intérieur du véhicule grâce à une caméra, et à même de tirer 1 000 coups à la minute d’un calibre 7.62. Une arme de guerre qui, contrairement à ce qu’affirment des représentants de la place Beauvau, devrait selon toute vraisemblance rester fixée à ces engins à la pointe de la technologie même lors de manifestations tout ce qu’il y a de plus pacifiques. Car, comme l’expliquait un responsable de la gendarmerie lors de la présentation de ce véhicule en juin dernier au salon de l’armement Eurosatory, « démonter et remonter l’arme en fonctions des missions est une opération complexe, cela prendrait trop de temps et limiterait le blindé sur le terrain ». En revanche, en pareille situation, le FN MAG 58 sera « dans une housse et sans munitions ».

Reste que, après un premier quinquennat marqué par l’extrême violence de la répression exercée par la Macronie contre les Gilets jaunes, les Antivax et autres résistants à la dictature sanitaire, l’arrivée de ces engins blindés particulièrement efficaces au sein des unités chargées du maintien de l’ordre sonne tout de même comme un sérieux avertissement lancé à tous ceux qui oseraient contester la toute puissance de « Jupiter » et de sa clique.

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Chers amis de Présent,

Comme nous l’avons annoncé, notre quotidien a cessé de paraître avec le numéro du 30 juin 2022.

L'ensemble du site reste accessible aux abonnés et aux visiteurs, et il sera mis à jour régulièrement.

Nous travaillons actuellement à la suite de cette grande aventure de presse qui,
sous une autre forme, poursuivra le combat. Nous vous tiendrons informés des évolutions.

Merci pour votre soutien et votre fidélité.