Connexion
S'abonner

Le « coup de Kaboul » sauvera-t-il Biden ?

Les élections de mi-mandat appelées à renouveler la Chambre des représentants et un tiers du Sénat états-uniens s’annonçaient périlleuses pour Joe Biden, dont la popularité est en berne avec 38% d’opinion favorables seulement, en raison de ses propres bévues et de ses « absences » répétées mais aussi d’une inflation galopante. La liquidation dans la nuit de 30 au 31 janvier à Kaboul de l’islamiste égyptien Ayman al-Zawahiri, ancien lieutenant puis successeur d’Oussama Ben Laden à la tête d’Al Qaïda, va-t-elle changer la donne, comme l’exécution de Ben Laden justement avait profité à Barack Obama avant, là aussi, une échéance électorale ?

C’est visiblement l’espoir du Parti démocrate qui ambitionne de reprendre le contrôle du Congrès, mais il n’est pas sûr qu’il se réalise. Plus de deux décennies se sont écoulées depuis les attentats du 11septembre 2001 à New York, événement qui, selon George W. Bush, avait légitimé le déploiement en Afghanistan d’importantes troupes américaines, et c’est plutôt le récent retrait ordonné par Biden de ces contingents, et leur si humiliant départ précipité, en laissant sur place une bonne partie de leur (très coûteux) matériel, que ses compatriotes ont désormais en mémoire.

Surtout, pour l’électorat démocrate que le successeur de Donald Trump veut mobiliser, la situation économique et l’explosion des prix sont beaucoup plus préoccupantes que le sort du chef d’Al Qaïda, organisation du reste désormais dépassée par l’Etat islamique.

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Chers amis de Présent,

Comme nous l’avons annoncé, notre quotidien a cessé de paraître avec le numéro du 30 juin 2022.

L'ensemble du site reste accessible aux abonnés et aux visiteurs, et il sera mis à jour régulièrement.

Nous travaillons actuellement à la suite de cette grande aventure de presse qui,
sous une autre forme, poursuivra le combat. Nous vous tiendrons informés des évolutions.

Merci pour votre soutien et votre fidélité.